Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Actualites/Actualite-Solidarite-et-sante

Protection de l’enfance : le Département précurseur en matière de contrats jeunes majeurs et d'adoption tardive

Publié le 23 avril 2019

Le Secrétaire d’État à la protection de l’enfance s’est rendu dans le Pas-de-Calais ce vendredi 19 avril 2019. Un choix qui n’est pas anodin, le département étant précurseur dans deux des domaines centraux de ce déplacement : ceux des Contrats jeunes majeurs et de l’Adoption tardive. A Calais, Adrien Taquet a visité le Village SOS Enfants afin d’y voir le Programme de renforcement des familles, le dispositif SAFI et d’échanger avec les jeunes.

Nicole Gruson, Vice-présidente du Département chargée de l’enfance, de la famille et de la prévention, a participé à la rencontre et à l’heure des discours, elle n’a pas manqué d’adresser quelques messages au Ministre. Extrait :

Copyright : CD62/Y.Cadart

Dans le Pas-de-Calais, nous sommes confrontés à une double problématique : celle de l’inflation des placements et celle de la saturation de nos dispositifs classiques de prise en charge. Pour répondre à l’urgence, l’été dernier, nous avons procédé au recrutement de 100 assistants familiaux et pour inverser l’inflation des placements et offrir à l’autorité judiciaire un plus grand choix de mesures, nous travaillons à un grand chantier de réorganisation de l’offre de prise en charge.

Malgré des contraintes budgétaires sans précédent pesant sur les collectivités locales et donc sur notre Département, notamment avec le pacte financier signé avec l’Etat qui nous impose de limiter la progression de nos dépenses à 1,2% en la déconnectant de l’évolution de nos recettes, les élus de la majorité départementale ont voulu poser un geste fort en faveur de la protection de l’enfance : c’est ainsi que le budget 2019 intègre une augmentation du budget consacré aux enfants et aux familles de notre Département de plus de 15 millions d’euros, notamment pour que des réponses nouvelles soient développées, telles que les tiers dignes de confiance ou le parrainage.

Dans ce contexte, l’État doit jouer un rôle de facilitateur et ne pas faire peser de nouvelles sujétions. J’espère que cela sera d’ailleurs le cas concernant les évolutions des prises en charge des Mineurs Non Accompagnés

Nicole Gruson a naturellement profité de la tribune pour rappeler qu’en matière de Contrats jeunes majeurs, dont on parle beaucoup en ce moment, le Pas-de-Calais n’a pas attendu les dernières directives : Cela fait des années que le Conseil départemental du Pas-de-Calais travaille et réfléchit à l’accompagnement des jeunes majeurs. Les jeunes dont nous avons la charge ne sont pas lâchés en pleine nature le jour de leurs 18 ans ! Nous avons mis en place des dispositifs pour les accompagner en matière de logement, de parcours professionnel et d’intégration dans la société. Actuellement, 274 jeunes majeurs sont ainsi soutenus. Et le Département s’efforce de pré-accompagner vers l’autonomie 1 550 jeunes âgés de 16 à 17 ans

Adrien Taquet a également poussé la porte du Centre de la petite enfance de Dainville. Toujours accompagné par Nicole Gruson, il y a détaillé les pistes de réflexion concernant l’adoption tardive. Un sujet où là encore, le Département du Pas-de-Calais est à la pointe comme l’a confié Nicole Gruson :

L’adoption tardive concerne les enfants de plus de trois ans. La problématique est hautement sensible car il s’agit, pour la plupart, d’enfants placés et donc sous la responsabilité des Conseils départementaux. Sur la centaine d’enfants adoptés sur ce mode chaque année en France, 20 le sont dans le Pas-de-Calais. Le Département œuvre beaucoup et dans la discrétion dans ce domaine, hautement sensible je le répète… Avec pour unique but : l’équilibre, la stabilité et le bonheur de l’enfant.