Vous êtes ici :

Accueil Accueil Grands Projets L’Économie Sociale et Solidaire, une autre façon d’entrep...

L’Économie Sociale et Solidaire, une autre façon d’entreprendre

L’économie sociale et solidaire (ESS) se traduit par une autre façon de produire et de répartir les richesses, les services et les biens. Elle place l’homme au cœur des priorités et privilégie le partage et la solidarité, pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement.

Au cœur des territoires

L’ESS répond aux besoins des territoires et de ses habitants, elle crée des emplois non délocalisables, dans le cadre d’une démarche de développement durable.

Une économie plurielle, au-delà de l’économie marchande

L’économie sociale et solidaire promeut un dépassement de la logique marchande de l’économie. Elle se base notamment sur le concept d’économie plurielle qui rend compte des différentes logiques qui prévalent dans l’échange économique : marché, redistribution, ainsi que réciprocité et don.
L’ESS peut prendre plusieurs formes :

  • mutuelle : une mutuelle est un groupement volontaire de personnes ayant pour finalité de répartir collectivement les coûts de la prévention et de la réparation des risques auxquels elles sont soumises
  • coopérative : une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire des besoins économiques, sociaux et culturels communs, au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est géré démocratiquement
  • association : une association est un groupement de personnes volontaires réunies autour d’un projet commun ou d’activités sans chercher à réaliser de bénéfices
  • fondation : une fondation est un acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques et morales décident l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources, à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif

Pour la première fois en France, la loi économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 pose une définition du périmètre de l’ESS. La notion d’entreprise de l’ESS regroupe ainsi les acteurs historiques de l’économie sociale, à savoir les associations, les mutuelles, les coopératives et les fondations, mais aussi de nouvelles formes d’entrepreneuriat social : les sociétés commerciales qui poursuivent un objectif d’utilité sociale tel que défini dans la loi, et qui font le choix de s’appliquer à elles-mêmes les principes de l’ESS.

Le choix des valeurs : citoyenneté et équité sociale

Toutes ces structures partagent des valeurs et des principes communs :

  • la gouvernance démocratique : les hommes et les femmes des structures de l’ESS sont associés au projet au cœur du processus décisionnel selon le principe "Une personne, une voix" ; ils élisent leurs dirigeants et sont associés aux prises de décisions
  • la non-lucrativité et la juste répartition des excédents : les structures de l’ESS affirment la primauté de l’homme par rapport au capital. Les échelles de salaires sont encadrées, la rémunération du capital est limitée ou refusée et les excédents réalisés sont réinvestis au développement du projet
  • l’ancrage territorial : les structures de l’ESS s’appuient sur l’ensemble des acteurs de leurs territoires (collectivités territoriales, entreprises, usagers, etc.) ; elles ont pour objectif de faire des citoyens les contributeurs ainsi que les bénéficiaires du progrès économique, social et écologique
  • la libre adhésion : chacun est libre d’intégrer ou de quitter la structure

Un poids économique départemental important

Dans le département du Pas-de-Calais, l’ESS représente 3 464 entreprises et 48 532 salariés. L’évolution du nombre de salariés de l’ESS est en constante progression sur tout le territoire.
8.9 % des établissements employeurs du Pas-de-Calais appartiennent au champ de l’ESS. L’action sociale, l’enseignement et la santé humaine sont 3 secteurs d’activité majeurs pour l’emploi, dans l’économie sociale et solidaire.