Vous êtes ici :

Accueil Accueil L'institution Expression des groupes politiques

Le site est en cours de maintenance.

Cette page est en cours de modification.

Expression des groupes politiques

Mars 2018

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Une réforme n’est pas forcément une avancée

Notre pays doit pouvoir s’adapter aux évolutions économiques, environnementales, sociales et sociétales. Mais nous devrions pourtant nous méfier de ce qui est systématiquement présenté comme moderne, pragmatique et plus rentable, surtout lorsqu’il s’agit des services publics.

La vocation d’un service public n’est pas d’être rentable et la véritable modernité c’est plutôt d’assurer l’accès aux services sur l’ensemble du territoire avec une égalité de tarifs.

C’est ce qui a motivé notre engagement à développer le Très Haut Débit Internet là où les opérateurs privés de téléphonie n’avaient pas l’intention d’aller ou alors à un tarif exorbitant pour la population rurale. 

Nous avons le même raisonnement concernant l’entretien et la restauration dans les collèges alors que bon nombre de Départements font le choix de transférer cette compétence au secteur privé. Nous nous y refusons. Cette gestion publique nous permet de proposer un tarif minime, de préserver la qualité tout en favorisant les produits locaux et bio dans les cantines. Cela permet aussi d’assurer une présence continue de nos agents auprès des jeunes parce qu’ils sont membres à part entière de la communauté éducative.

Le service public, garant de l’égalité entre les citoyens quel que soit le niveau des revenus, c’est tout simplement la continuité de la République dans les territoires. Ce bien commun devrait nous rassembler et non nous diviser.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Non aux 80 km/h !

A partir du 1 juillet, les Français devront réduire leur vitesse hors agglomération de 90 à 80 km/h. La décision inquiète. 34 Présidents de Départements du Groupe DCI de l’Assemblée des Départements de France ont publié début mars une lettre ouverte demandant au Gouvernement de revenir sur ce projet et de "privilégier des solutions pragmatiques, au cas par cas, en concertation avec les Départements sur les tronçons les plus accidentogènes". Nous y souscrivons pleinement.

Si la lutte contre l’accidentalité et la mortalité sur les routes est une priorité de chaque instant, l’efficacité de l’abaissement de la limitation de vitesse doit encore être prouvée. L’expérimentation menée en France sur 3 tronçons depuis 2015 n’est pour l’instant pas concluante selon le bilan dressé par "40 millions d’automobilistes".

A l’inverse, la décision porte préjudice aux habitants des territoires ruraux. Quand on habite hors des grandes villes, bien souvent la voiture est le seul moyen de transport disponible. Réduire la vitesse rallonge les temps de trajets, accentuant davantage la fracture avec l’urbain. Les changements de signalétique se feront aussi aux frais du contribuable.

A l’image des signataires de cette lettre ouverte, le Groupe UA62 a déposé un vœu lors de la plénière du 26 mars pour que le Département du Pas-de-Calais demande lui aussi l’adaptation du projet d’abaissement de la vitesse au cas par cas.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste

Gagner la gratuité

Dans l’ex-bassin minier, le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) remplacera le projet de tramway voulu puis abandonné en raison de son coût. Ces bus seront plus respectueux de l’environnement, car silencieux et non polluants.

La gratuité permettrait d’augmenter le nombre d’usagers du bus. Cela veut dire moins de voitures sur les routes et un air de meilleure qualité.

Respirer mieux dans nos villes est devenu une priorité.

Cela permet aussi de redistribuer du pouvoir d’achat aux familles, de gommer les inégalités en matière d’accès à l’emploi et aux loisirs. Cette gratuité serait un véritable choc psychologique.

La gratuité impliquerait une absence de distributeurs de titre de transport ainsi que la disparition des contrôles et de la lourdeur de la gestion des contraventions : des économies donc, et moins d’incivilités dans les bus.

Le bus gratuit c’est une question de volonté politique.

Pourtant après avoir dépensé des centaines de millions d’euros dans les travaux, le SMT et la majorité des élus de la CALL refusent de mettre en place la gratuité totale du bus malgré les demandes répétées des élus communistes. Nous avons donc décidé de lancer une pétition dont le but est de donner la parole aux habitants du département. Disponible sur www.pcfavion62.org

Osons l’exprimer, la gratuité des transports collectifs est une idée neuve et moderne : Imaginons-la à l’ensemble du département !

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste

Groupe Front national

Les nôtres avant les autres !

Le président Leroy semble décidé à réformer la gouvernance politique du département, en attribuant davantage de place au dialogue avec les groupes d’élus, de quelque tendance qu’ils soient. Nous saluons cette avancée positive qui devrait contribuer à apaiser et élever le débat au sein de l’assemblée.

Pour autant, les élus du groupe Front national resteront vigilants quant aux priorités déclinées par la majorité, notamment en termes budgétaires et financiers. Dans ce domaine, on peut craindre que les erreurs commises dans un passé récent soient amenées à se reproduire : en effet, les subventions, parfois accordées sans discernement, n’ont fait l’objet d’aucune remise à plat malgré nos propositions en séance plénière, et la redéfinition de l’action internationale, nécessaire à l’optimisation des crédits qui lui sont affectés, n’a pas non plus été mise en chantier.

Les crédits dédiés à la prise en charge des étrangers "mineurs isolés", eux, ne cessent de croître, alors que nombre de ces jeunes sont, parfois très largement, majeurs et ne viennent pas de pays en guerre.

Dans le même temps, le Département soumet les collèges et établissements médico-sociaux à une véritable cure d’austérité (reprise des fonds de roulement, évolution budgétaire maintenue à 0 %, etc.).

Un deux poids, deux mesures de plus en plus insupportable pour les habitants du Pas-de-Calais : les nôtres avant les autres !

François Vial

Président du groupe Front national

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.