Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Une réforme dangereuse

La réforme de l’assurance chômage vient d’entrer en vigueur ; Les conditions d’éligibilité sont plus restrictives et, en avril prochain, le montant des allocations sera recalculé.

Les projections de l’UNEDIC sur cette réforme amènent les pires craintes pour les demandeurs d’emploi du Pas-de-Calais.

En France plus de 700 000 nouveaux demandeurs d’emploi pourraient être privés d’ouverture de droits pendant la première année d’application de la réforme. Combien d’entre eux seront-ils contraints de s’orienter vers le R.S.A, à la charge budgétaire du Département ?

Plus de 850 000 nouveaux inscrits pourraient eux voir leurs indemnités baisser de 22 % en moyenne, une baisse pouvant même atteindre 50 % ! Les plus fortement touchés seront les chômeurs les plus précaires, ceux qui alternent des périodes de chômage avec de courtes périodes d’emploi.

Au final, c’est un demandeur d’emploi sur deux qui risque d’être impacté, ce qui est considérable.

Indéniablement, depuis 4 ans le chômage recule. Cela démontre d’ailleurs la pertinence de notre contribution par l’accompagnement à l’emploi des bénéficiaires du RSA et le niveau constant de notre investissement favorisant l’activité des entreprises et l’emploi.

Mais nous ne pouvons pas faire comme si tout était résolu puisque, malgré ce sursaut économique, la pauvreté augmente.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Des économies pour davantage de services aux habitants et aux territoires : c’est possible !

Lors de la dernière séance plénière, vos élus départementaux ont pu débattre des orientations budgétaires du Département pour 2020.

Force est de constater que les années se suivent et se ressemblent pour notre Département avec des dépenses de fonctionnement en hausse (1.19% pour 2020) et des dépenses d’investissements qui ne sont pas à la hauteur de l’ambition que nous portons pour le Pas-de-Calais.

Dans le même temps, l’État a décidé de faire peser de nouvelles contraintes sur les collectivités en supprimant la part départementale de la taxe foncière et en instaurant la réforme de l’assurance chômage qui entraînera une augmentation des dépenses liées au RSA.

Le Groupe Union Action 62 propose une manière plus vertueuse et plus responsable de gérer les finances départementales.

Afin de parvenir à cet objectif, nous proposons un véritable plan de réduction des dépenses de gestion (dépenses liées aux bâtiments ou encore à la communication par exemple) à hauteur de 20 millions d’euros. Ces économies bénéficieraient aux communes et permettront de créer de nouvelles aides à destination des habitants et des entreprises.

Vous pouvez compter sur nous pour défendre cette vision lors du vote du budget 2020.

Les élus du Groupe Union Action 62 vous souhaitent de très belles fêtes de fin d’année.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste 

Darmanin explose la tirelire

Depuis 20 ans, les services des Finances publiques voient leurs effectifs fondre réforme après réforme. La dernière en date est sans aucun doute la plus sévère.

La suppression de près de 1000 trésoreries accompagnée de son cortège de 5800 suppressions de postes à l’horizon 2022 (1653 en 2020) est dans la droite ligne des politiques gouvernementales.

Pourtant dans le Pas-de-Calais comme dans tous les départements, les trésoreries assurent le lien entre l’Etat et les acteurs des territoires : les citoyens, les communes et les entreprises. Chaque jour les agents des trésoreries informent, orientent, collectent, facilitent les modalités de paiement et contrôlent les deniers publics.

Les finances publiques sont l’un des derniers services de l’Etat en milieu rural.

Il est vrai, les nouvelles technologies permettent une rapidité, une souplesse de traitement des dossiers mais elles ne remplacent pas les conseils avisés des agents qui écoutent et mesurent la complexité de chaque situation afin d’orienter au mieux les usagers.

Le groupe communiste s’oppose fermement aux fermetures des trésoreries et rappelle que la mission fiscale revêt un caractère régalien dont la probité et la confidentialité incombent aux fonctionnaires.

Ludovic GUYOT

Président du groupe communiste et républicain 

Groupe Rassemblement National

Réforme des retraites : tous perdants ?

La réforme des retraites, appelée à être votée à l’été 2020, est sur les rails : salariés, cadres intermédiaires, fonctionnaires, ouvriers, artisans ou petits commerçants peuvent d’ores et déjà s’inquiéter…

Le rapport du Haut-Commissaire à la réforme des retraites préconise le passage de 42 caisses à un régime universel à points, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à chacun… avec toutefois des incertitudes quant à de possibles baisses, à l’avenir, de la valeur du point. Dans ce système, il reste possible de faire valoir ses droits à la retraite à 62 ans… avec une décote de 5 % par an par-rapport à "l’âge-pivot" de 64 ans !
Mais une autre proposition est apparue : celle d’un nouvel allongement de la durée de cotisation, qui serait portée plus tôt que prévu à 43 ans. Il serait là aussi possible de partir à 62 ans, mais avec une sévère décote puisque bien peu de personnes auront commencé à travailler suffisamment tôt (à l’âge de 19 ans) pour compter le nombre de trimestres nécessaires à une retraite à taux plein. Dans les faits, la plupart d’entre nous devraient travailler au-delà de 65 ans.

Dans tous les cas, le niveau de vie des retraités baisserait en moyenne de 25 %. Tout ceci, bien sûr, au nom de l’équité et de la simplification du système…
Finalement, quelle que soit l’option choisie, les perdants sont déjà connus : les Français les plus modestes !

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.