Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Répondre à l’urgence climatique

Le Président Jean-Claude Leroy a proposé une aide d’urgence du Département du Pas-de-Calais en direction de celui de l’Aude, confronté récemment à de violents orages aux conséquences catastrophiques. Nous saluons cet élan de solidarité en soutenant bien évidemment cette initiative.

La hausse des températures, les précipitations orageuses, les inondations ne peuvent pas être sans lien avec le dérèglement climatique. L’heure n’est donc plus aux constats mais à l’action ; chacun doit prendre sa part. C’est le sens de l’engagement du Département en matière de développement durable.

Nous ne pouvons plus penser la route comme hier, concevoir les bâtiments, consommer, vivre comme hier. Si le problème est global, nous apportons des réponses locales, au plus proche des territoires et des habitants, en soutenant un modèle agricole plus respectueux, en s’engageant dans la rénovation thermique des bâtiments, en multipliant les aires de covoiturage, en préservant la biodiversité avec Eden 62…

Mais deux ans après la notification des accords de Paris, nous attendons aussi un souffle de la part du gouvernement actuel et de l’Europe. Qui peut croire qu’il y aura un avenir pour le climat sans l’Union Européenne ?

Nous ne serons donc pas du côté de ceux qui rejettent l’Europe. Mais nous ne serons pas non plus avec ceux qui ne jurent que par la globalisation libérale de l’économie, sans régulation, sans contrainte liée à l’impératif écologique.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

La lutte contre le changement climatique est au cœur de nos priorités

Dans nos cantons, les administrés sont de plus en plus nombreux à nous parler de la lutte contre le changement climatique et du développement durable.

En tant qu’élus locaux, notre rôle est d’être à l’écoute de ces attentes. Nous devons aussi agir pour que le Pas-de-Calais soit un département pleinement engagé dans la transition écologique.

Lutter contre la précarité énergétique, encourager les mobilités douces, aider les communes à améliorer la performance énergétique de leurs bâtiments ou favoriser les circuits courts et l’alimentation collective de qualité sont des sujets qui nous préoccupent fortement et sur lesquels nous sommes engagés au Conseil départemental.

Les collectivités locales doivent aussi montrer l’exemple et inciter leurs collaborateurs à adopter les bons comportements pour la planète.

Lors de la séance plénière du 24 juin 2019, nous avons fait des propositions concrètes afin d’améliorer davantage la trajectoire climatique du département : généralisation du tri sélectif et régulation des chauffages dans les bureaux, remplacement des bouteilles d’eau par des carafes lors des séances plénières et des commissions, développement du recours aux bouteilles en verre consignées au restaurant administratif par exemple.

L’écologie est l’affaire de tous. Chacun peut agir à son niveau pour contribuer à rendre notre monde plus durable.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste

Retraites : la solidarité en sursis !

Mardi 24 septembre, nous étions avec les habitants du Pas-de-Calais et les syndicats, dans la rue, pour défendre le système de retraite.

En effet, lors de l’entrée au gouvernement de Jean-Paul DELEVOYE, comme Haut-commissaire à la réforme des retraites et ancien conseiller général et président du groupe de la droite du Pas-de-Calais a présenté son rapport en juillet pour en finir avec un système solidaire, achever une démolition engagée avec les différentes réformes des dernières années en instaurant une réforme par point.

Dans les dernières enquêtes d’opinion, une majorité de citoyens a bien compris que cette réforme avait pour objectif de retarder l’âge effectif de départ à la retraite (de 64 ans à 67 ans) avec des pensions non garanties et réduites.

Ce sont les plus belles années à la retraite qui sont attaquées, celles en bonne santé.

Nous sommes contre le changement de régime des retraites qui a été construit dans un pays en ruine, lors de la Libération.

Nous défendons une réforme de progrès social garantissant la retraite à 60 ans, avec une pension définie et s’appuyant sur un financement élargi au capital.

Pourquoi ne serions-nous pas capables aujourd’hui de la faire progresser ?

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste 

Groupe Rassemblement National

Réforme des retraites : tous perdants ?

La réforme des retraites, appelée à être votée à l’été 2020, est sur les rails : salariés, cadres intermédiaires, fonctionnaires, ouvriers, artisans ou petits commerçants peuvent d’ores et déjà s’inquiéter…

Le rapport du Haut-Commissaire à la réforme des retraites préconise le passage de 42 caisses à un régime universel à points, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à chacun… avec toutefois des incertitudes quant à de possibles baisses, à l’avenir, de la valeur du point. Dans ce système, il reste possible de faire valoir ses droits à la retraite à 62 ans… avec une décote de 5 % par an par-rapport à "l’âge-pivot" de 64 ans !
Mais une autre proposition est apparue : celle d’un nouvel allongement de la durée de cotisation, qui serait portée plus tôt que prévu à 43 ans. Il serait là aussi possible de partir à 62 ans, mais avec une sévère décote puisque bien peu de personnes auront commencé à travailler suffisamment tôt (à l’âge de 19 ans) pour compter le nombre de trimestres nécessaires à une retraite à taux plein. Dans les faits, la plupart d’entre nous devraient travailler au-delà de 65 ans.

Dans tous les cas, le niveau de vie des retraités baisserait en moyenne de 25 %. Tout ceci, bien sûr, au nom de l’équité et de la simplification du système…
Finalement, quelle que soit l’option choisie, les perdants sont déjà connus : les Français les plus modestes !

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.