Vous êtes ici :

Accueil Accueil Pas-de-Calais TV 62 Le Mag Juillet 2012

Le site est en cours de maintenance.

62 Le Mag Juillet 2012

publié le 17 juillet 2012

Vidéo (http://www.pasdecalais.fr/var/cg62/storage/video/591182.mp4)
Bienvenue dans ce nouveau numéro de 62 Le Mag, le magazine du Département du Pas-de-Calais.

Au programme, de quoi se sentir fier de notre patrimoine historique, un encouragement à la mobilité, un fil d’ariane dans le dédale de l’administration et une Eurorégion 1 550 ans avant Jésus Christ.

Mais sans plus tarder, une nouvelle qui réjouit le cœur de tous les Ch’tis. Plus largement, c’est tout le département qui a vibré à l’annonce du classement du Bassin Minier au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Bassin Minier, patrimoine mondial de l'UNESCO

D'après vous, quel est le point commun entre le Mont Saint-Michel, le Taj Mahal, le Mont Rushmore et le Bassin Minier ? On vous laisse chercher ... Réponse : tout ces sites sont classés à l'UNESCO.

Jean-François Caron, Président du Bassin Minier Uni : Cela représente beaucoup de travail et c'est un aboutissement, un accouchement. C'est un dossier très fort émotionnellement, car il reprend l'histoire des mineurs, de ces gens morts au fond, venus de partout. Il s'agit donc d'un dossier très humain. Mais le fait de voir les représentants du monde entier réunis à Saint Petersbourg, ainsi que les terrils de notre région, a élevé ce projet à un autre rang, dans ce qui est de plus beau au monde. C'est vraiment bouleversant. Techniquement, notre dossier a été jugé comme très bon. Nous l'avons longuement travaillé avec les équipes de BMU et de la Mission Bassin Minier, mais beaucoup d'autres personnes nous sont venues en aide : les services du Ministère, de la Région, du Département, des agglomérations, etc. Notre dossier était donc très sérieux. Aujourd'hui nous marquons l'histoire en faisant changer l'idée que le patrimoine ce ne sont pas seulement des choses prestigieuses, mais aussi l'histoire de gens ordinaires. C'est extraordinaire de constater que les 21 pays représentés à Saint Petersbourg n'ont eu aucune objection à ce que le Bassin Minier soit classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Nous proposons un territoire de 120 km à l'intérieur duquel se trouvent des cœurs de zones préservées, à savoir des secteurs où il est possible de comprendre l'histoire minière (à travers les mines, terrils, cités minières, églises, terrains de foot, écoles, etc.), entourés de zones tampons où la contrainte est un peu plus libre. Mais sur les cœurs de zone, bien qu'il sera possible de les faire évoluer bien sûr, nous ne pouvons pas faire tout et n'importe quoi. Par exemple, nous ne pouvons pas mettre des volets vert fluo sur une maison, car nous devons garder une harmonie architecturale, sur environ 25 % de ce qui reste du patrimoine minier, ce qui veut dire que des tas d'autres secteurs vont, eux, complètement changer. Je pense qu'il s'agit d'un bon équilibre entre le fait de garder ce qui a fait nos caractéristiques et faire évoluer le territoire. Le site se compose d'éléments physiques, des bâtiments par exemple, mais pas seulement, car ces bâtiments sont porteurs d'une histoire. L'histoire des immigrations, du combat ouvrier, de la vie associative, etc. C'est tout cela que nous proposons. Si l'on devait résumer, on pourrait dire qu'il s'agit de l'empreinte de l'activité charbonnière et son impact sur les paysages, les hommes et leur mode de vie.

Ce que ça change fondamentalement, c'est d'abord de la fierté. Nous redonnons de la fierté aux gens. Et quand on retrouve de la fierté, on retrouve également de la confiance en soi. Je fais partie des Élus, et c'est aussi le cas pour nombre de mes collègues, qui en ont marre de cette image permanente que l'on transmet du territoire minier comme étant un territoire de deuxième zone. Cette démarche permet à tout le monde de relever la tête. Car quand on dit que l'on travaille sur un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, ça change tout ! C'est une marque de qualité, et une vitrine mondiale pour le département. Il n'y a pas plus belle marque au monde que d'être classé à l'UNESCO.

Que nous soyons mineur ou adulte, nous sommes tous concernés par la mobilité. Elle est un moyen d’émancipation pour les jeunes, d’échappées touristiques ou tout simplement une nécessité professionnelle. Fort de ce constat le Département a pris les mesures pour faciliter le déplacement interurbain.

Le bus, c'est 1 euro ou c'est gratuit !

Le renchérissement des carburants et l’urgence environnementale font du transport en commun une alternative évidente. Aussi depuis le 1er juillet le département du Pas-de-Calais a mis en place une tarification plus attractive : 1 euro seulement pour tout déplacement sur le réseau interurbain, et il est gratuit hors période scolaire pour les moins de 19 ans.
Augmenter la fréquentation, favoriser l’autonomie des jeunes, à cela s’ajoute une politique de développement touristique.

Dominique Dupilet, Président du Département, explique : Nous allons relier toutes les gares SNCF jusqu'aux sites les plus emblématiques et les plages les plus intéressantes du département du Pas-de-Calais, à partir des gares de Calais, Marquise-Rinxent, Boulogne-sur-Mer, Étaples, Rang-du-Fliers, etc.

4 nouvelles lignes de bus sont mises en place pour desservir l’ensemble du littoral et notamment le site des 2 Caps, maintenant classé Grand Site de France. Plus globalement, une étude nationale sur la mobilité précise que lorsque le tarif est divisé par 2 la fréquentation augmente de 60 à 100 % dans les trois ans. Une bonne nouvelle pour le transport collectif dans le Pas-de-Calais.

Un GPS dans le dédale de l'administration

Qui n’a pas râlé devant une déclaration de revenus ? Les démarches administratives nous rebutent car elles sont souvent complexes. Pour y voir plus clair, un seul numéro : le 03 21 216 216.

Dans sa voiture lorsque Monsieur Lefebvre est perdu il prend son GPS, en deux trois manipulations le stress retombe, il trouve le bon chemin, et il sera à l’heure à son rendez-vous. Rentré chez lui, M. Lefebvre, comme tout un chacun, s’occupe de ses papiers, les fameuses démarches administratives, et là, rien ne va plus ! Sa déclaration de revenus est un casse-tête. Comment faire pour obtenir une aide pour ses parents devenus dépendants ? Face à sa facture EDF il se dit qu’il devrait isoler sa maison mais comment obtenir un coup de pouce ? Il souhaiterait inscrire ses enfants dans une colonie de vacances, mais comment s’y prendre ?
Vous l’aurez compris Monsieur Lefebvre s’énerve, il peste, il râle, d’autant qu’il est 20h00 passé et que bien sûr, toutes les administrations sont fermées.

Pour vous simplifier la vie, le Département a mis en place le GPS administration, une plate forme téléphonique, un numéro de téléphone unique qui vous conseillera dans vos démarches et vous orientera vers l’administration compétente. Alors M. Lefebvre retrouve le sourire, 1 des 8 téléconseillés du GPS administration répond à ses questions. Il est d’autant plus serein que le 03 21 216 216 est ouvert tous les jours de la semaine jusqu’à 21h00, et le samedi de 8h00 à 14h00.

La première Eurorégion 1 500 ans avant JC

Un détroit est-il une frontière ou un lieu de passage économique et culturel ? Tandis que l’homme moderne répond à cette question en dressant des barrières, son ancêtre de l’Âge de Bronze, lui, a créé une vaste culture commune tout autour de la Manche.

L’archéologie expérimentale permet d’étudier les méthodes de fabrication des vestiges archéologiques par l’expérimentation. Ici des charpentiers de marine équipés de haches rudimentaires en bronze construisent un bateau à bords cousus.
Pour mieux comprendre leur travail, un petit retour en arrière s’impose.

Il y a tout juste 20 ans, à Douvres, a été mis à jour un bateau datant de l’Âge du Bronze. Clin d’œil de l’histoire, quel était l’usage de ce bateau retrouvé dans l’un des ports les plus actifs de l'Angleterre en matière de transport de passagers ?
Après une restauration visible au musée de Douvres et 15 années d’étude, les spécialistes sont formels, le bateau est taillé pour la haute mer. 1 500 ans avant notre ère, les hommes de l’Âge de Bronze traversaient déjà la Manche.

Peter Clarke, spécialiste, explique : A cette époque on ne rejoignait pas Calais en ligne droite comme le font les navires d’aujourd’hui. Les bateaux étaient propulsés par des rameurs, devaient se laisser porter par les courants, et une traversée jusque Wissant avec un bateau de ce type pouvait prendre 5h00.

Ce bateau est le trait d’union d’une culture commune d’une Eurorégion avant l’heure.

Marc Talon de l'INRAP poursuit : Depuis longtemps nous savons que le nord-ouest de la France ainsi que le sud de l'Angleterre, la Belgique et les Pays-Bas utilisent le même type d'outillage issu de l'Âge du Bronze, qui semble être fabriqué aux mêmes endroits et est diffusé sur l'ensemble de ces régions. De part et d'autre de la Manche, les populations appartenaient à une même entité culturelle. Nous avons pu le démontrer grâce à la découverte de maisons de plan circulaire qui sont de même type que celles connues dans le sud de l'Angleterre. Nous avons aussi pu le confirmer grâce à la mise au jour d'un certain nombre de tombes utilisant les mêmes rituels funéraires, tant en Belgique, qu'en Normandie, Picardie, dans le Pas-de-Calais que dans le sud de l'Angleterre. Ces éléments mis bout à bout et complétés par des découvertes de mobilier céramique, notamment de vases reprenant des motifs identiques, permettent de confirmer ce fait.

Pour remettre en perspective la notion de frontière auprès du grand public, l’Angleterre, la Belgique et la France, ont initié le projet européen Boat 1 550 BC porté par l’université de Lille 3 et 6 autres partenaires dont le département du Pas-de-Calais. Au programme : colloques, séminaires, et expositions itinérantes visibles pour sa première au château musée de Boulogne-sur-Mer. La pièce maîtresse de l’exposition : la réplique du bateau de Douvres que nous vous présentions en début de reportage. L’exposition est visible jusqu’au 6 novembre 2012 et l'entrée est gratuite.

Voilà, c’est fini pour ce numéro ! Dans une prochaine édition, reportage sur l’inauguration du planétarium de la Coupole d’Helfaut et n’oubliez pas nos rendez-vous de l’été liés au Jeux Olympiques 2012 : villages sportifs, FitDays, etc. Tous les détails sur rendezvous2012.fr.


Réalisation : Direction de la Communication, Vadim Gressier