Vous êtes ici :

Accueil Accueil Pas-de-Calais TV Le Département et les intercommunalités s'engagent

Le site est en cours de maintenance.

Le Département et les intercommunalités s'engagent

publié le 14 mars 2013

Vidéo (http://www.pasdecalais.fr/var/cg62/storage/video/659658.mp4)
Sur la base d’un diagnostic et d’un projet commun, le Département du Pas-de-Calais contractualise avec les intercommunalités. La contractualisation, dans un contexte de rigueur économique, est un moyen d’optimiser l’utilisation de l’argent...

La contractualisation, dans un contexte de rigueur économique, est un moyen d’optimiser l’utilisation de l’argent public en tenant compte des spécificités locales. Elle permet également de moderniser harmonieusement les territoires.

Dans les domaines de la solidarité, l’économie, l’aménagement du territoire, le sport, la culture, le Département s’engage précisément et exclusivement sur chacun des projets identifiés dans le contrat qui précise le mode de financement et de réalisation.

Initiée en 2005, cette démarche novatrice de gouvernance partagée est un laboratoire d’idée pour le projet de loi de décentralisation.

Dominique Dupilet, Président du Département du Pas-de-Calais : La loi de décentralisation est intéressante parce que tout d’abord elle reconnaît le phénomène intercommunal, et elle reconnaît aussi le phénomène de gouvernance territoriale. C’est-à-dire que désormais, sur un territoire, ce n’est plus seulement l’agglomération qui dirige mais l’ensemble de celles et ceux qui participent à son développement. Donc il va y avoir au niveau de la Région Nord-Pas de Calais une gouvernance territoriale globale entre la Région, le Département et les grandes intercommunalités et aussi des gouvernances territoriales appliquées à chaque territoire, ce qui veut dire que tous ceux qui participent au développement des territoires devront se coordonner. Finalement, la loi de décentralisation reconnaît ce que le Département a impulsé il y a quelques années avec la gouvernance partagée, dans ces ambitions et financements partagés.

Le Département a contractualisé avec la quasi-totalité des intercommunalités. Aujourd’hui, c’est une deuxième génération de contrats qui voit le jour, illustration avec la Communauté d’Agglomération de Saint-Omer (CASO).

Dominique Dupilet : Le patrimoine architectural, naturel et culturel de Saint-Omer concoure à la qualité de vie de la ville qui porte une fonction de capitale. Elle tient ce rôle également par son activité commerciale, et son rayonnement artistique qui s’étend jusqu’à la côte d’Opale avec Dunkerque, Calais, Boulogne, Montreuil. La contractualisation valorise l’ensemble de ses points au travers des liaisons douces, de la rénovation de la Chapelle des Jésuites, des fouilles archéologiques à l’endroit-même où sera construit le futur Conservatoire de musique, ou encore le Palais des Congrès. Il faut que Saint-Omer réunisse tous les atouts d’une grande ville, et un jour on sera étonné de constater que Saint-Omer est un lieu de développement tel qu’une capitale régionale doit l’être. Nous accompagnons tous ces projets selon leur qualité, quand il s’agit du patrimoine, c’est 25 %, pour d’autres c’est 15 ou 10 %, ce sont des sommes importantes puisque dans le cadre de ce contrat, nous allons mettre un peu plus de quinze millions d’euros.

À ces projets contractualisés s’ajoutent les réalisations propres au Département dans son domaine de responsabilité, comme les actions liées à la solidarité, celles menées a faveur des personnes âgées, handicapées, les collèges ou les routes.


Réalisation : Direction de la Communication, Vadim Gressier