Vous êtes ici :

Accueil Accueil Pas-de-Calais TV Soirée des étoiles

Le site est en cours de maintenance.

Soirée des étoiles

publié le 16 décembre 2009

Vidéo (http://www.pasdecalais.fr/var/cg62/storage/video/257110.mp4)
Pour la Soirée des Étoiles organisée en novembre dernier au Touquet, la Fédération Française d'Athlétisme a réuni les stars de la discipline qui ont bien voulu nous dire ce qu'ils pensent de la démarche Pas-de-Calais 2012.

Didier Hiel, Vice-Président du Conseil général du Pas-de-Calais déclare : La mission 2012 est bien avancée puisque 20 millions d'euros ont été débloqués pour mettre aux normes les infrastructures qui ne sont pas aux normes olympiques pour le moment et pour créer d'autres structures de façon à avoir d'autres équipements pour accueillir les athlètes qui viendront s’entraîner dans le Pas-de-Calais, l'exemple local étant la salle de Marquise, qui sera consacrée à la lutte. Il faut montrer que nous sommes capables d'organiser de grandes manifestations.

Muriel Hurtis, championne du monde sur relai 4x100 m, championne du monde en salle sur 200 m : Sans les bénévoles, le sport n'existerait pas. Nous avons besoin d'eux pour avancer, pour qu'il y ait des compétitions, pour que les athlètes puissent s'exprimer. On oublie souvent que sans eux, il n'y a ni compétitions, ni performances.

Bernard Amsalem, Président de la Fédération Française d'Athlétisme : À la Fédération, nous servons d'intermédiaire avec les autres Fédérations des autres pays. Nous avons présenté le projet du Pas-de-Calais aux pays que nous connaissions, notamment dans la Francophonie. Quelques pays se sont donc déjà engagés à venir. Le Pas-de-Calais a beaucoup d'atouts, d'abord il est en face de Londres, bien que de l'autre côté de la Manche, le territoire tout entier est très porté sur le sport, il y a ici une dynamique sportive très forte, et il y a un réseau d'équipements qui permet d'accueillir ces équipes et de leur proposer des conditions formidables d'accueil.

Ghani Yalouz, Directeur Technique National de la FFA : Le Languedoc avait fait la même chose en 1992 lors des Jeux Olympiques de Barcelone et je trouve qu'il s'agit d'une très bonne initiative, car elle va relancer beaucoup de choses. Cette région mérite d'être connue et reconnue dans le monde entier et cela va permettre à des Américains par exemple de venir s’entraîner. Il s'agit d'un tremplin énorme pour valoriser cette si belle région.

Jean Galfione, champion olympique à Atlanta en 1996 à la perche : Les infrastructures extérieures, comme les stades, vont être très importantes. Le département dispose de plusieurs stades de très bonne qualité pour les entraînements, donc il n'a pas grand chose à changer à ce niveau, simplement mettre tout en œuvre pour accueillir les personnes comme il se doit, mais l'on vit bien ici et l'on s’entraîne bien également. Le stade de Liévin est un stade fabuleux dans lequel j'ai de bons souvenirs. J'y ai battu énormément de records et il s'agit d'un stade mythique pour les athlètes.

Romain Mesnil, deux fois vice-champion du monde à la perche : C'est une très bonne initiative. Le département, grâce à ses transports, est proche de Londres, l'endroit est calme et, surtout, l'accueil du public et des organisateurs toujours très chaleureux.

Marie José Pérec, triple championne olympique, deux fois championne du monde : Je suis venue souvent ici et y ai même battu un record, celui du 200 m, j'en ai donc de très bons souvenirs et je me souviens surtout du public très chaleureux.

Bruno Marie-Rose, champion d'Europe en salle sur 200 m, champion d'Europe sur relai 4x100 m : Je me souviens du soutien du public lors d'une finale de 200 m et ce soutien m'a souvent permis d'obtenir de grands résultats. D'un point de vue géographique, Londres est à côté, avec l'Eurostar, on peut se retrouver directement dans le centre ville. Il s'agit d'un plus car le département n'est pas loin des installations sportives et en même temps suffisamment éloigné pour se préparer en toute sérénité. C'est l'idéal ! Tout sera prêt en 2012 et cela va permettre à la jeunesse du département de se retrouver dans les sportifs.

Romain Barras, numéro 1 du décathlon français : Une fois de plus, une dynamique a été mise en place, que ce soit pour les Jeux Olympiques de 2012 ou pour les équipes du Pas-de-Calais. Nous le devons au Conseil général et au Président mais il y a encore beaucoup de choses à faire ! C'est comme dans le sport : c'est dans la pérennisation de la performance que l'on devient un champion. Et le Pas-de-Calais deviendra un champion s'il arrive à pérenniser ses engagements auprès de ses sportifs.