Vous êtes ici :

Accueil Accueil Pas-de-Calais TV Un batrachoduc pour ma belle

Le site est en cours de maintenance.

Un batrachoduc pour ma belle

publié le 3 avril 2014

Vidéo (http://cg62.fr/var/cg62/storage/video/802676.mp4)
À première vue, un batracien et un collégien ne sont pas faits pour se rencontrer. C’est sans compter sur les actions pédagogiques du Département du Pas-de-Calais, en lien avec son partenaire : la collectivité territoriale d’Artois Com.

D’une pierre deux coups : le Département sensibilise les jeunes aux ressources de notre territoire et les 6ièmes et 5ièmes expérimentent et complètent leur module "Faune-Flore et Protection des espèces menacées".

À l’origine, un constat sans appel : la population des batraciens diminue dans le département. Ils se font écraser lors des migrations de reproduction. La solution : installer un filet de capture et leur faire traverser la route en toute sécurité.

Michel Abellah, Artois comm :

Ces capteurs les empêchent de passer, alors les batraciens butent sur le dispositif, sont obligés de la longer et ils tombent dans des seaux disposés tous les dix mètres. Notre travail, c’est de les faire traverser, mais avant il faut les identifier, les compter. Après cela, nous les déplaçons derrière les bâches du dispositif retour. Cela implique qu’après la période de reproduction, les batraciens retournent sur leur lieu de chasse et empruntent le même chemin.

Hélène Guilbert, élève de 4ième :

Au début, je ne voulais pas les toucher, je croyais que c’était répugnant, mais en fait c’est super mignon, et ça saute partout ! C’est marrant ! Et leurs œufs sont beaux. C’est la première fois de ma vie que je vois des grenouilles !

Charles Morel, élève de 4ième :

On a trouvé une dizaine de crapauds, deux grenouilles, et deux tritons. Nous les avons fait passer de l’autre côté pour qu’ils puissent aller se reproduire.

Le dispositif actuel est provisoire, il a été mis en place par l’association locale de sauvegarde des batraciens et Artois Com.
Le Département l’a étendu sur l’autre côté de la route, pour une longueur totale de 950 mètres.

Les partenaires envisagent la possibilité d’installer un dispositif pérenne, un batrachoduc réalisé avec des matériaux entièrement recyclés. Ce batrachoduc permettra aux batraciens de circuler librement et sans danger en dessous de la route.

Michel Abellah :

Ce serait un dispositif qui serait complétement inclus dans la chaussée et sur la périphérie, donc il serait pratiquement invisible aux yeux des riverains.

Les 209 enfants qui ont participé à ces journées de sensibilisation vont maintenant monter une exposition itinérante sur la base d’un concours de photos réalisées sur la thématique, exposition qui sera agrémentée des études des écogardes d’Artois Com. pour la partie scientifique.


Réalisation : Direction de la Communication, Vadim Gressier.