Retour vers Actualites/Actualite-Mobilite

Mamobilité62 fête son premier anniversaire

Publié le 20 septembre 2022

Le 19 septembre, en pleine Semaine européenne de la mobilité, la plateforme Mamobilité62 a célébré son premier anniversaire.

 

Un dispositif unique en France

Dans le cadre de ses compétences en matière d’insertion sociale et professionnelle, le Département a accompagné le développement de 5 plateformes territoriales dédiées à la mobilité. Travaillant en partenariat avec l’ensemble des structures qui maillent le territoire, l’objectif des conseillers mobilité des plateformes est de proposer à chaque usager orienté par les organismes prescripteurs des solutions à ses problématiques de mobilité.

Pour Lætitia Lhermitte, coordinatrice de l’Espace mobilité de l’Artois, le but est de trouver pour chaque personne une solution individualisée : « Quand un bénéficiaire du RSA ou un jeune de moins de 26 ans est orienté vers nous, nous effectuons tout d’abord un diagnostic. L’objectif est de savoir quels sont les besoins en matière de mobilité, connaître le projet professionnel de la personne, mais également d’apprendre à mieux la connaître : est-ce que la personne est à l’aise avec les outils numériques, la lecture, l’écriture, s’il y a des problématiques de santé, de garde d’enfants ou financières… Dans la mesure où l’on n’a pas les mêmes besoins ou contraintes si l’on a des enfants et que l’on souhaite s’orienter vers les services à la personne, ou si l’on vit seul et que l’on souhaite travailler dans les espaces verts. »

 

S’approprier les solutions

Il existe une offre en matière de mobilité qui, si elle n’est peut-être pas parfaite, permet cependant de répondre à la quasi-totalité des besoins les plus fréquents des usagers de la plateforme mobilité de l’Artois : « Notre travail consiste, une fois le diagnostic effectué, à accompagner les personnes dans l’appropriation et la maîtrise de cette offre. Parfois ce sera un manque de maîtrise de l’outil informatique ou l’absence d’un moyen de paiement qui empêcheront un usager d’emprunter les transports en commun. Parfois il ne s’agit que d’élargir la zone de mobilité d’une personne pour lui permettre d’accéder à un emploi durable en l’accompagnant dans l’obtention d’un financement pour le passage du permis de conduire ou l’achat d’un vélo électrique. Parfois, il s’agira d’un frein lié à la santé, ou à une crainte liée à la nouveauté de sortir de sa zone de confort, etc. Le rôle des plateformes se résume aussi parfois à orienter vers le bon partenaire ou le bon dispositif. L’objectif des plateformes n’est donc pas de proposer une solution générique, mais bel et bien une solution personnalisée, unique et adaptée à l’ensemble des besoins des personnes que nous accompagnons. » Une mission d'autant plus importante, que même si l’un des enjeux principaux du dispositif reste l’insertion professionnelle, la mobilité est aussi souvent un atout clé dans l'accès aux soins, aux loisirs, aux services publics ou au logement.

 

image
Simulateur de conduite de deux roues, initiation à la trottinette électrique, sensibilisation à l’entretien d’un vélo ou aux risques liés à la consommation d’alcool au volant, les personnes présentes le 19 septembre ont pu élargir encore un peu plus leur approche de la mobilité.

 

Une solution qui porte ses fruits

Entre deux ateliers, Frédéric, l’une des personnes présentes pour célébrer l'anniversaire de la plateforme, n’hésite pas à louer le travail des conseillers mobilité : « Je recommande vraiment à 100% ce dispositif. Même si l’on n’est pas très à l’aise avec les gens ou les administrations, il ne faut pas hésiter à y aller. C’est très humain comme approche. On n’est pas un usager lambda, mais au contraire on nous écoute, on s’intéresse à nos projets. C’est impressionnant de devenir quelqu’un ! »

Un enthousiasme qui au-delà de l’écoute des conseillers s’explique également par la pertinence des solutions proposées au jeune homme :

« J’ai quitté le domicile familial il y a deux ans. Je souhaite devenir marin-pêcheur. Pour l’instant côté mobilité, je m’arrange comme je peux. Je fais tout ce que je peux à pied, je m’organise parfois pour me faire amener en voiture par la famille, j’ai bénéficié des taxis solidaires de la FJEP, mon chef d’équipe vient parfois me chercher pour le travail, j’ai parfois recours au covoiturage… »

Des solutions de bric et de broc qui freinent le jeune homme dans la réalisation de son projet professionnel : « Je travaille pour l’instant quelques heures par semaine avec ATS, une structure d’insertion. Pour devenir marin-pêcheur, je vais devoir entrer en formation et déménager. J’aime bien l’idée d’aller par étapes, parce que pour moi c’est important, c’est rassurant. Il y a eu le logement, un premier emploi, et ce qu’il me manque pour être pleinement autonome et indépendant c’est la mobilité. Donc j’ai évoqué l'option du vélo et de la trottinette électrique avec ma conseillère, mais je suis d’ores et déjà inscrit pour passer mon permis de conduire avec le SJT. Pour moi c’est vraiment l’accès à l’information qui était le plus compliqué, parce qu’en fait, grâce à ma conseillère, j’ai appris qu’il existait vraiment énormément de solutions pour répondre aux problèmes de mobilité des gens. »

Pour continuer de rendre ces solutions encore plus facilement accessibles aux personnes qui en ont le plus besoin, une déclinaison numérique des plateformes territoriales sera mise en place début 2023 pour proposer des solutions pratiques à vos besoins en matière de mobilité ou si nécessaire de trouver la personne qui pourra vous accompagner, le plus près possible de chez vous.