Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact

L'Echo du Pas-de-Calais : Arras Film Festival

The show must go on !* Par Marie-Pierre Griffon.

Publié le 30 avril 2020

ARRAS. "Quand je vais faire des courses à Arras, il y a des gens qui me disent merci, merci pour tout ce que vous publiez !" Éric Miot, délégué général, et l’équipe de l’Arras Film Festival illuminent le confinement des cinéphiles.

Dès le début du confinement, "Garder le lien avec le public" a été le moteur de toutes les actions et les bons plans mis en place par l’équipe, via les réseaux sociaux, la newsletter et le site. Objectif atteint, il suffit de regarder la page Facebook de l’AFF pour s’en convaincre. Si le public ne peut plus se déplacer pour fréquenter les salles de cinéma, alors "on va chez les gens…s’ils veulent bien nous recevoir," rit Éric Miot.

Réjouir le web

Tandis que tous nos écrans, toutes les plateformes, proposent une grande profusion de films, l’Arras Film Festival réendosse son rôle de prescripteur. "On est là pour conseiller, orienter, comme on le fait pour le festival !" note le délégué général. Ainsi, sur le site de l’association ont été recensés l’ensemble des films sélectionnés au festival de novembre dernier. Des liens permettent d’y accéder en vidéos à la demande, hormis bien sûr les inédits et les avant-premières non-encore sortis en salle.

Pour réjouir le web et les journées des confinés, l’équipe AFF multiplie les bonnes idées. Elle a sollicité une quinzaine de professionnels du cinéma, amis du festival. "On leur a posé trois questions : quel est votre film fétiche ; quel est le film européen qui vous a marqué ces derniers temps et quelle est la musique de film que vous aimez écouter. " On découvre ainsi que les coups de cœur de Jean-Pierre Améris, sont Qu’elle était verte ma vallée (USA, 1942) de John Ford et Nous sommes tant aimés ! (Italie, 1974) de Ettore Scola. On apprend aussi qu’il aime la musique de La Liste de Schindler (USA, 1993) de Steven Spielberg (compositeur : John Williams) et celle de Journal intime (Italie, 1993) de Nanni Moretti. À chaque fois, un lien permet d’accéder aux films en VàD.

Le projet décalé

Avec Le Régency de Saint-Pol-sur-Ternoise, un projet décalé va voir le jour le 9 mai à 18 heures sur le web. Maxime Motte, acteur et réalisateur du film Comment j’ai rencontré mon père, va réaliser un film en live, comme étaient diffusés en direct au début des années 60 les premiers épisodes de Chapeau Melon et bottes de cuir. Quand on ne peut pas sortir, on a des idées ! "Il faut expérimenter en ce moment !" admet Éric Miot. Ainsi l’auteur comédien et sa femme, l’artiste lyrique Marjorie Muray-Motte, et moult complices vont créer Déconfinement, une adaptation d’une pièce de théâtre d’Hervé Gransart. Le film est interactif, les spectateurs choisiront la fin, en live. Chaque samedi, des indices mettront en appétit.  À voir en direct donc sur les pages Facebook de l’AFF et du Régency de Saint-Pol-sur-Ternoise.

Pour un confinement réussi

Semaine après semaine, Éric Miot et son équipe partagent leurs bons plans. Pour les curieux, impossible de s’ennuyer. La newsletter hebdomadaire propose de (re)découvrir de petits bijoux. Ce sont des films remarquables ; des ovnis qui arrachent le sourire ou l’étonnement ; des classiques du cinéma ; des longs et court-métrages récents... La Cinémathèque française propose tous les jours, sur sa plateforme Henri, des trésors à 20 h 30. C’est gratuit et les films sont conservés jusqu’à la fin du confinement. LaCinetek, elle, donne à voir pour 1,99 € de grands films du XXe siècle, sélectionnés par des réalisateurs du monde entier. En outre, chaque mois, le site choisit un thème et présente dix films qui s’en inspirent. L’Arras Film Festival conseille également aux amateurs de traîner sur l’Ina.fr (Institut national de l’audiovisuel), histoire d’émerveiller les souvenirs. Entre 5 colonnes À la Une et Les Shadocks, 10 000 heures d’archives épatantes sont accessibles, 80% sont gratuites (quelques euros pour les autres). Arte.fr est aussi une boîte à bijoux. Le site de la télévision franco-allemande met avec brio le 7e art à l’honneur, entre le cinéma d’auteur et les films de patrimoine, muets ou complètement trash... Ce sont des "séances de rattrapage".

L’Agence du court-métrage ; MK2 Curiosity… sont d’autres sources de joie. Pour les grands et les petits, ces sites mettent en ligne des films gratuits ou proposent des abonnements à tout petit prix (entre 2 et 4 euros par mois). Parmi les trois propositions hebdomadaires de la newsletter, l’une d’entre-elles est réservée aux enfants, l’AFF sait qu’ils seront les spectateurs curieux de demain.

L’aventure humaine

Personne ne sait quand les salles rouvriront. Personne ne sait à quoi ressemblera l’Arras Film Festival de novembre. Mais il est une certitude : la soixantaine de salariés, intermittents, indépendants, comédiens, techniciens… qui participent chaque année à la qualité et au renom du festival sont dans une extrême difficulté. Sur la page FB et sous le titre "Une aventure humaine" apparaissaient jour après jour leur visage. "Dès le début, nous avons voulu leur rendre hommage. On pense à eux…"

http://www.arrasfilmfestival.com/ (les infos du site et s’abonner à la newsletter). FB : Arras Film Festival.

 

 

*Le spectacle doit continuer